La permaculture Marazzato, entre potager prolifique et résilience alimentaire

J’ai suivi fin mars trois jours de formation en permaculture près de Clermont. L’occasion de mieux comprendre le fonctionnement et les enjeux auxquels répond cette pratique agricole.


Cliquez sur les intitulés sur fond noir ci-dessous pour en dérouler le contenu.

Mon ressenti

Durant cette formation, j’ai sans doute vécu un moment de bascule : je n’avais pas réalisé auparavant qu’il était possible de produire autant de légumes (et potentiellement de fruits, selon les régions) de manière concentrée, naturelle et simple. Du moins, c’est la promesse de Sébastien Marazzato, notre formateur basé à Beaumont et qui est, par ailleurs, maraîcher et paysagiste. Selon lui, 12 mètres carrés de potager en permaculture intensive permettent d’assurer l’autonomie de deux personnes en légumes pour une année, avec une demi journée de travail par semaine.

Bref, il me reste à expérimenter tout cela rapidement et je vous raconterai ce que j’arrive à faire pousser. Mais, moi qui aime beaucoup cuisiner, j’apprécierai sûrement de faire mijoter le produit de mon carré potager sur la terrasse, d’autant plus que ce sera la garantie d’un goût et d’une qualité nutritionnelle optimales.

Surtout, ma “réalisation” était sur l’enjeu écologique auquel répond la permaculture. Je n’ai pas pu creuser à fond le sujet durant les trois jours de formation, nous avions surtout les mains dans la terre (et non pas le cambouis !!). Mais le pari d’une permaculture accessible à tous, facile à mettre en place sur n’importe quel trottoir ou pied d’immeuble, et sans aucun apport artificiel (quelques graines au début, du broyat d’arbres et du foin chaque année) revient à rendre la résilience alimentaire envisageable, d’une autre manière que les “ceintures maraîchères” qui sont intéressantes mais ont du mal à émerger.

Dans la solution permacole, les freins sont aussi nombreux, mais l’approche individuelle – tout le monde peut faire son micro-potager sans se prendre la tête – est un paradigme nouveau qu’il faudrait développer.

Damien

L’intervenant : Sébastien Marazzato

Formateur en permaculture ; paysagiste


Après une “première vie” dans le commerce, le marketing et les grandes entreprises, Sébastien opère un changement radical en se formant aux techniques de jardinage et de maraîchage. En 2007, il devient paysagiste suite à une formation à Marmilhat, près de Clermont.

En 2009, il démarre ses propres formations à la permaculture, en parallèle de son entreprise de paysagiste. S’adressant à des adultes en complément de formations principale, en reconversion, ou en recherche d’initiation à la culture maraichère, il propose aujourd’hui – sur son site de Beaumont – deux formations de trois jours par mois, plus quelques formations d’approfondissement de cinq jours à l’automne.

Le site de Beaumont, qui est aussi son domicile, a été acquis en 2018. Basé sur un sol très minéral – une coulée de lave du Puy de Gravenoire – il n’offre que très peu de vraie “terre”. Les premières années sont donc, pour Sébastien, consacrées à la création d’un vrai sol par des techniques naturelles : compostage d’une épaisse couche de fumier de cheval recouverte de foin. En 2020, les premières plantations de légumes sont possibles, le sol étant épais et riche en matière organique et en biodiversité. Les fruitiers sont, eux, plantés en 2022

Aujourd’hui, les formations se déroulent sur ce potager de près de 500 mètres carrés complété par une serre de 12 mètres carrés et d’un enclos à poules.

Contacter Sébastien par courrier électronique : sebmarazzato [chez] gmail.com
Visiter le site web professionnel de Sébastien : Permaculture Marazzato

Crédit photo : Sébastien Marazzato (DR)

De préférence, utilisez un écran le plus large possible en mode paysage pour parcourir le diaporama.
Cliquez à tout moment sur l’icône de fermeture en haut à droite pour sortir.

Si le diaporama ne s’affiche pas ci-dessus, cliquez ici pour le lancer manuellement.

Reportage réalisé du 29 au 31 mars 2022 / tous crédits photo Damien Caillard, Tikographie – merci à Axelle, Lucille, et aux autres participants – et à Pierre Gérard pour m’avoir fait découvrir les stages de Sébastien