La plateforme Métabatik, première pierre d’une filière locale de réemploi dans la construction

Sur les hauteurs de Lempdes, 2000 m2 sont consacrés aux matériaux issus de la déconstruction et réemployables. C’est le pari de l’association Métabatik, qui oeuvre à développer la filière locale.


Cliquez sur les intitulés sur fond noir ci-dessous pour en dérouler le contenu.

Pourquoi cet article

J’avais connu Jean-Heudes quand j’étais sur le dossier Epicentre, puisque son association MAJ (maintenant une SCOP) nous aidait à préparer des dossiers de demandes de fonds européens.

Par la suite, Jean-Heudes a participé au lancement de Métabatik, une association gérant notamment une plateforme de matériaux de construction pour le réemploi. Ce projet d’une grande envergure, à terme (il s’agit de changer les habitudes dans le monde du BTP) est soutenu par de nombreux acteurs locaux et a été un des lauréats du Budget Ecocitoyen du Conseil Départemental du Puy-de-Dôme, en 2020.

Passant de temps en temps lors de balades en vélo près du site Métabatik, au-dessus du Valtom, cet espace m’intriguait. Jean-Heudes a bien voulu m’y accueillir pour une petite visite guidée ce lundi. En voici le résultat.

Damien

La structure : Métabatik

Association de promotion du réemploi dans les matériaux de construction en Auvergne, gérant un espace dépôt-vente près de Lempdes


Métabatik est une association née en mars 2019 mais qui a pris son essor mi 2021, lors de l’ouverture de la “plateforme” qu’elle gère près du Valtom. Elle y stocke et y vend – pour les particuliers et bientôt l’ensemble des professionnels – des matériaux de construction conservés pour le réemploi. Ces matériaux, de tous types, proviennent de chantiers de déconstruction de bâtiments divers sur Clermont et ses environs, et sont fournis par les professionnels ou les donneurs d’ordres. S’il sont en bon état, ils sont ensuite vendus à des prix très attractifs sur la plateforme Métabatik.

Plus largement, l’association souhaite promouvoir l’émergence d’une véritable filière de réemploi dans le monde de la construction, sur l’Auvergne. Pour cela, elle anime le tissu des acteurs locaux dans le BTP – notamment avec l’aide du Valtom mais aussi de partenaires variés allant de la ville de Clermont à la Région, en passant par le Valtom, Macéo, Clermont Métropole ou encore France Active Auvergne.

Co-président de Métabatik, Jean-Heudes Sylla insiste sur la prise en compte du réemploi dès la définition des lots de chantier, pour la déconstruction comme pour la construction. “Il y a un intérêt économique puisque les matériaux sont moins chers, et que nous sommes plus intéressants que la déchetterie – mais aussi écologique et social, car le réemploi ne peut se faire que via des emplois [sans jeu de mots, NDLR] locaux”, explique-t-il.

Voir le site web de Métabatik

Crédit visuel : Métabatik (DR)

De préférence, utilisez un écran le plus large possible en mode paysage pour parcourir le diaporama.
Cliquez à tout moment sur l’icône de fermeture en haut à droite pour sortir.

Si le diaporama ne s’affiche pas ci-dessus, cliquez ici pour le lancer manuellement.

Reportage réalisé le 14 février 2022 / tous crédits photo Damien Caillard, Tikographie, sauf mention contraire – merci à Jean-Heudes et à Adeline pour leur accueil et leur aide.